• Le vous n'existe plus. Il n'est par ailleurs jamais né, même pas mort né, à peine présent dans les couilles de son père le je.

    Il n'est pas.

    n'est pas.

    naît pas mais n'en finit pas de crever. Là... juste là où y'a rien. J'étais pénard là. Où y'a rien, quand y'avait avant rien, le rien. Là.

    avai la place....

    chié sur le vous, sur le ils et les autres,

    planté le on,  un sujet sans personne.

    tu est trop proche et implique un je prétendant importance

    quand y'a rien, au moins y' a rien; 

     je n'est pas.

    pas.

     

     


    votre commentaire
  • Je passe baucoup de temps à observer et plus ça continue plus j'ai de l'antipathie pour l'espèce humaine, à la limite de l'intolérence souvent. Je trouve qu'en rance, les gens sont égocentriques, râleurs, gris, qu'ils font tout en même temps, ils mangent en même temps, ils chantent en même temps ils idôlatrent les mêmes personnalités sans profondeur, ils se cachent derrière leur propre surface lisse, ils s'insurgent à droite, il s'insurgent à gauche, ils ne savent pas, ils voient, on leur dit non, ils pensent non mais vont faire oui et même pas par paradoxe volontaire, mais simplement parcequ'ils ne savent pas, parcequ'ils se regardent le nombril comfortablement assis sur le canapé  de leur certitudes, ils vont faire leurs commisions tous ensemble au super marché,ils veulent qu'on les reconnaissent, ils lisent les journeaux ou regardent les infos tous en même temps, ils absorbent l'information portée au savoir par une ligne editoriale, donc un engagement politique, donc la pensée d'un autre avant de la recracher, interprétée une fois encore, tout le monde en veut plus en france, mais personne n'est libre. Moi non plus,. Je reste juste là. Je les regarde et je les plains avant de les rendre. Mais c'est comme ça, et tout va très bien. n'est-ce pas?

    votre commentaire
  • j'vais fummer une clope.

    votre commentaire
  • Caillebotte Gustave > Calfs Head and Ox Tongue - Tete de veau et langue de boeuf c1882

    Ce que je hais le plus dans les espaces publiques d'internet est certainement cette espèce de complaisance qu'ont les queutards entre eu à l'égard de la bite de leurs congénères. suce suce suce suce suce suce suce suce suce... je te suce la bite, mais après tu suces la mienne d'accord? et pour un peu celui qui estime avoir le plus petit sgeg présente son anus bien tendu afin de mieux se faire enfiler, simplement pour brosser dans le sens du poil le portrait de celui qu'il sacralise. ouh! A qui salope et à qui pute enfonçant la tête du visiteur qui n'est pas de niveau bien au fond du tas de merde qu'on lui a octroyé. Luter à coup de citations en plastique, de reprises bancales, d'interprétations hasardeuses et de comparaisons pseudo-flateuses afin d'être le premier à recevoir sur la langue cette petite goute de foutre que le gérant du stand aura bien voulu y laisse mourir. Parcequ'en tas d'hypocrites reconnaissants dieu, ces cons attendent que dieu lui même leur colle son doigt dans le cul. Amen! Hey, lèchehey, hey, tu sais lèchequoi, bha moi j'suis ton fidèlelèche, et tu lèchesais quoi? tout ce que tu dis, c'est vrai!D'ailleurs viens lèchevoir sur ma pagelèche, si si viens voir, je parle un peu de toi, parce que t'es tellement si fortlèche lèche lèche lèche lèche lèche lèche lèche  waw! quand même! Bha ouais mec tu suces les couilles molles et pleines de la salive de tes prédecesseurs d'un trufion que tu estimes tellement plus que toi. slurp. enfin quand le trufion daigne t'appercevoir du haut du piedestale sur lequel tu le places c'est légitimement que tu chies dans la bouche de tes petits camarades. Enfin un peu mais pas trop quand même, parce qu'il faut garder un minimum de public en cas de reviremnt de situation. Et dieu? Bha dieu est un de ces gros con d'humain, comme tout le monde, qui laisse en ligne son foutre collant après s'être bien branlé la nouille, qui est peut être encore plus con quand il ne croit pas en lui même et en la qualité de sa propre petite existence médiocre, mais il est quand même content quand il sait qu'il peut filer la batte à un tas puant de voyeurs pervers et reconnaissants à l'anus bien lustré. Parce que dans ce qu'il cherche à faire partager, dans cet espace publique qui devient l'écran de sa propre substance, dans ce qu'il laisse croire qu'il est, ou dans ce moi qu'il ne peut être qu'ici, en ligne devant des millions de connards, dieu ne serait plus qu'un simple prêcheur dans un sanctuaire vide sans l'hypocrisie de ses sujets.

     


    votre commentaire
  • parce que certaines personnes affectionnent le port de bestioles mortes sur leurs épaules, j'ai un cadeau pour elles.

    http://www.petatv.com/tvpopup/video.asp?video=fur_farm&Player=wm&speed=_med


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique